L'IDENTITÉ PROFONDE



INTRODUCTION

Notre véritable identité, celle qui nous est attribuée à la naissance est unique, exclusive et invariable tout au long de notre vie, et bien au-delà.

Cette identité n'est pas celle qui se développe conjointement avec notre personnage, avec son sentiment d'appartenance, renforcé par la croissance, la réussite, et bien sûr, par la reconnaissance d'autrui. Nous allons aborder ici notre identité véritable, celle située en arrière-plan de notre personnage, celle que l'on a oubliée.


IDENTITÉ INCONSCIENTE

L'enfant, jusqu'à l'arrivée de l'âge de trois ans, vit complètement dans sa bulle identitaire. En autres, il n'a ni la pensée, ni le langage et la réflexion nécessaire pour élaborer quoi que soi qui n'est pas conforme à son essence. Or, son identité intrinsèque est d'une simplicité telle qu'elle demeure insondable tout au long de la vie.

De surcroit, le développement rapide de la pensée de l'enfant, son appartenance à sa maman, à son papa, à son milieu familial et social, feront émerger discrètement une identité secondaire, plus tangible cette fois, qui finira à supplanter l'identité première de sa tendre enfance. Le moi vient d'apparaitre.


SURSAUT DE L'IDENTITÉ PROFONDE

Bien que l'identité profonde soit reléguée aux oubliettes, elle ne demeure pas moins toujours présente en filigrane, en arrière scène de notre personnage. Cela fait penser à un artiste avec un nom de scène très populaire dont le succès et l'argent ont fini par lui faire perdre la tête et oublier la personne qu'il était antérieurement. Toutefois, son personnage ordinaire demeure toujours en arrière plan.

Or, il peut arriver dans la vie des incidents qui peuvent nous ramener d'emblée à notre identité de la naissance. Cela peut survenir à la suite d'une catastrophe nous amenant à perdre tout ce qui nous définit en tant que personne, voire un feu, une inondation, un tremblement de terre, une guerre, un accident ou une maladie grave qui ramène notre personnage à sa plus simple expression.

D'entrée de jeu, le désillusionnement d'un individu ramène le plus souvent sa conscience dans l'instant présent tout en créant une brèche dans l'ensemble de son plan de vie. Depuis cette ouverture sur le Soi, l'identité première a de grandes chances d'émerger à la conscience.

C'est en ces moments de lucidité exceptionnelle que nous devenons conscients de ce que nous sommes vraiment, que nous découvrons notre identité profonde, sans toutefois pouvoir la définir. Mais, dans cette nouvelle expérience intérieure, chacun devient plus humain, authentique, empathique, sensible, concilient et empreint de profondeur. Chacun sait maintenant qui il Est, tout en se reconnaissant pleinement, du seul fait que cette identité profonde ne là jamais quitté.


MÉDITATION SUR LE CŒUR

Grand bien vous fasse, nous n'avons pas besoin de connaitre la misère pour effectuer une reconnexion avec nous-mêmes. Une simple méditation sur le Cœur nous permet de découvrir notre véritable identité. Pour ce faire, suivre les étapes suivantes:

  1. Fermer les yeux afin de s'extraire momentanément du monde extérieur;

  2. Prendre une grande respiration et la retenir 4 à 5 secondes, ou davantage. Remarquer que le mental se tait pour le moment; vous êtres dans l'instant Présent, un cours moment d'éternité où il n'y a que l'espace sans le temps. Cette vacuité intérieure vous rend apte à vivre les étapes suivantes.

  3. Diriger maintenant votre conscience au centre de votre poitrine, siège de l'identité. Dans ce vide apparent, ce fameux néant pour le personnage, se dévoile une forme de Présence qui a toujours été là, quelque chose d'immatériel et palpable;

  4. En ce moment, vous ne pouvez que vous reconnaitre dans toute votre authenticité dans le silence de l'instant présent. Vous serez étonné que cette Présence ineffable ait toujours été là, mais que vous n'y ayez jamais porté d'attention due à l'omniprésence de votre personnage essentiellement tourné vers l'extérieur;

  5. Cette reconnaissance de votre identité propre se dévoile par la juxtaposition de la conscience et le centre de la poitrine, et ce, pendant que le mental est momentanément sous silence.

  6. Lorsque les pensées reviennent troubler ce moment de pure intimité, remonter depuis l'étape 1.


MORT IMMINENTE

Nombre d'expériences témoignent de la survie de l'identité même après le décès. L'identité survivante n'est pas le personnage, mais bien ce que la personne Est fondamentalement. Il découvrent pleinement leur identité profonde face au panorama de leur vie.

Ceux et celles qui décident de revenir sur terre suite à une telle expérience en sont profondément transformés pour le reste de leur vie. Ils ne sont plus les mêmes, ils sont désormais connecté à leur vérité intérieure.


CONCLUSION

Nous ne pouvons pas définir clairement une réalité dont la substance est immatérielle. Or, l'identité profonde est la partie essentielle de nous-mêmes que l'on peut reconnaitre seulement par évidence, que l'on peut vivre sans toutefois lui attribuer une particularité propre en ce monde. On pourrait seulement suggérer qu'elle est pureté originelle, une présence immobile en soi propre au mantra «je Suis ce que je Suis». Nous ne pouvons pas démontrer l'identité profonde. En outre, nous pouvons simplement la vivre et la démontrer à nous-mêmes. C'est ce que nous sommes en Vérité.

En référence à l'identité profonde, n'a-t-il pas été dit: «À moins que vous ne deveniez comme des enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieuxCela fait surement référence à la candeur, à l'innocence et la pureté de l'identité originelle des enfants. Comme on peut le constater, le sens de la vérité change énormément dépendamment de notre point de vue, soit de la tête ou du Coeur.

On peut faire également référence à la «porte étroite» ou au «chas de l'aiguille» dont il faut passer pour atteindre le dépouillement et l'authenticité de notre nature primordiale. Du point de vue du personnage égotique, l'identité profonde n'est tout simplement rien. Qui plus est, l'égo rejette d'emblée l'innocence et la sincérité.

Contre toute attente, l'apprentissage de ces histoires anciennes nous enseigne qu'il faut justement se dépouiller de tout et n'être Rien en ce monde et Tout en Lumière. «Vous être en ce monde, mais vous n'être pas de ce monde.

Yvon Gagné


La pleine reconnaissance de notre identité profonde
met fin à la recherche du Soi et surtout à
l'éternelle question «Qui suis-je».


Le Cœur est silence, instant présent,
acceptation et plénitude.


Bien que le corps et l'âme soient effectivement
polarisés, le Cœur est le siège de ton
Être exempt de toute polarisation.


Trouve l'endroit au centre de toi-même où
il n'y a plus de mouvement.
Tu y es!


LIEN COMPLÉMENTAIRE

Se reconnecter avec soi-même


