LA SPIRITUALITÉ ÉPURÉE ET DÉSASTRALISÉE



La spiritualité a toujours fait partie de la vie humaine. Aussi loin que l'on puisse remonter dans l'histoire de l'humanité, l'idée d'un Dieu dominant l'homme et moralisant tout les aspects de sa vie résument un peu le contenu des bibles dans le monde. Qui plus est, il y a tous les intermédiaires qui se sont immiscés entre Dieu et l'homme, comme les chamanes, les prêtres , les évêques, les saints et les prédicateurs.

Et comme si ce n'était pas assez, la fièvre intégriste des temps modernes, se voulant le bras de fer de ce dieu vengeur, interpelle les psychopathes du monde entier à projeter leur mal être dans un moralité destructrice et suicidaire.

L'ésotérisme ne cède pas sa place en spiritualité avec son cortège d'avatars, de Grands Maitres, de Maitres cosmiques et de Fraternité Blanche. La hiérarchie est, somme toute, aussi impressionnante que celle des églises. Le nouvel âge, propulsé par le renouveau spirituel du 20e siècle, n'a pas donné plus de résultats à long terme que la religion en ce qui touche l'isolement spirituel. Lorsque les membres quittent leur égrégore ou leurs illusions communes, ils sont encore plus désorientés que tout autre groupement.

A-t-on besoin de ces mouvements spirituels pour intégrer notre Être véritable? A-t-on besoin d'une autorité reconnue, d'un maitre à penser, de s'imposer une ascèse, de porter toutes sortes de fardeaux psychologiques, de se soumettre à un karma, de céder aux sirènes du passé pour qu'enfin notre conscience puisse se retourner vers l'Esprit qui nous habite?

Si notre contrepartie spirituelle est Éternelle, Lumière, Vie et Amour, d'où vient l'idée de chercher éperdument ces aspects de nous-mêmes dans les projections intellectuelles et astrales? La quête spirituelle n'est-elle pas une manière détournée de réfuter à corps perdu ce que nous Sommes de toute Éternité?


L'intention derrière cet entretien est de désastraliser la spiritualité, de l'épurer de sa lourdeur émotive et intellectuelle, de la dépolluer de tout ce qu'elle n'est pas Présence intérieure. Par désastraliser la spiritualité, on entend de la débarrasser de toutes déités extérieures, saints, maitres, gourous, rituels, temples, objets sacralisés, prières et rituels redondants et interminables.

Tous ces accessoires de la spiritualité font appel au passé, à la mémoire, au mental, aux émotions, aux visualisations n'entretenant que des illusions astrales au sein de la conscience, et pas grand-chose au niveau du vécu authentique. Depuis deux-mille ans, combien de milliards de personnes se sont adonnés à de telles bondieuseries sans que personne se soit démarqué mystiquement, à quelques exceptions près?

Ce qu'il faut découvrir est que toute cette religiosité n'est qu'un jeu de projections de la conscience humaine, un jeu qui mène presque toujours en un enfermement psychologique plutôt qu'à un rapprochement du Soi. Nous sommes beaucoup plus que tous ces mirages. Nous sommes en tant qu'être incarné, une conscience libre, un esprit derrière tous ces faux-semblants qui n'ont de cesses de nous faire tourner en bourrique, à défaut de se faire exploiter. Il faut absolument sortir de cette hypnose collective si l'on veut se placer dans notre Vérité.

La seule chose à retenir est que nous Somme déjà, par filiation divine, ce que nous cherchons depuis toujours. Il s'agit d'élever notre regard intérieur, de placer notre conscience au bon endroit, afin de passer de la tête au coeur, de passer du psychique au vibratoire, tout en laissant notre singularité spirituelle se dévoiler naturellement. La jonction avec notre partie divine est un choix de la plus haute intimité, un abandon du Soi qui ne peut se faire sous l'emprise d'un égrégore.


Bien sûr, que nous continuons à utiliser nos facultés mentales dans notre relation avec le monde extérieur, mais dans l'univers intérieur, le mental avec tout son savoir et ses prétentions est un obstacle majeur pour se maintenir dans le moment Présent. Toutes connaissances en ce monde tendent à se substituer au ressenti de notre Essence spirituelle.

Aucun pouvoir, aucun avoir, aucune religion, aucun rituel, aucune drogue ne peut combler l'insondable vide intérieur qui nous habite. Comment peut-on s'abandonner à l'intelligence de la Lumière si nous pouvons résister à la pression des influences qui nous sollicitent. Les enfants à très bas âge ne connaissent aucun vide intérieur parce aucune pensée, aucune croyance de ce monde ne les éloigne de leur pureté originelle. Leur mental a été remis à neuf et ils n'ont rien à déconstruire pour accéder à leur Vérité. C'est à leur simplicité, à leur transparence, à leur spontanéité que Jésus faisait référence en ces termes: «quiconque ne reçoit pas le royaume de Dieu comme un petit enfant ne pourra y entrer...»

Ce que nous venons de citer corrobore très bien avec l'exemple de la vie de Jésus ainsi que ses prêches sur le Royaume des Cieux. La communion profonde qu'il entretenait avec son Père dans les Cieux était tout à fait exceptionnelle. La chose la plus importante à retenir est que le Royaume des cieux est en nous, silencieux et immobile. Toute activité spirituelle autre que l'abandon total de notre petite personne en la Présence Absolue qui nous habite n'est qu'éloignement et égarement de notre Être en ce monde d'illusions et de dualité omniprésent.

Yvon Gagné


Tout ce à quoi nous adhérons sans en faire l'expérience, sans en avoir la validation Intérieure,
ne fait que renforcer l'enfermement dans lequel nous vivons.

Toute activité mentale, toute pensée, toute connaissance ne sont que projections
nous exposant ainsi à confondre nos conceptualisations pour du vécu.

L'action du mental a bien pour effet de nous éloigner du Soi et,
davantage encore, de nous tenir en dehors de l'Absolu que nous Sommes.

Dans nos moments d'alignement, tout doit s'arrêter pour le temps d'une pause.
Plus de pensée, plus de mots, plus de projections au sein de l'illusion.
Le soi immobile ne se dévoile qu'à ces conditions.


«La Vérité ultime est si simple.
Ce n’est rien d’autre que d’être dans l’état de pureté originelle.
Il n’y a rien d’autre à dire.
Pourtant, c’est extraordinaire qu’il ait fallu, pour enseigner cette Vérité toute simple,
qu’apparaissent tant de religions, de croyances, de méthodes et de disputes entre elles.
Quel dommage !... Parce que les gens veulent des choses compliquées,
attirantes et époustouflantes, alors beaucoup de religions ont vu le jour,
et chacune est si compliquée, et chaque croyance dans chaque
religion a ses partisans et ses adversaires.»

--- Sri Ramana Maharshi ---
1897-1981, Inde