LA MÉDITATION SUR LE CŒUR



INTRODUCTION

Le faux départ de ceux et celles qui le lancent en méditation pour la première fois est qu'ils tentent d'arrêter toutes formes de pensée, chose qui les place dans une position frontale avec leur mental. Il va sans dire que l'expérience est vouée à l'échec. Ce qu'il faut savoir est que le silence relatif du mental s'obtient avant tout par des méthodes subtiles et indirectes.

La méditation sur le cœur est assurément l'une des approches les plus accessibles du fait qu'elle est non invasive et respectueuse de la psyché humaine.


LE CŒUR PSYCHIQUE

Lorsque l'on parle de Cœur, nous ne faisons pas allusion au cœur physique, mais au centre énergétique de tous les corps subtils. Ce centre énergétique fait également office de centre de gravité de l'Être situé au milieu de la poitrine. On parle alors de Cœur spirituel en marge du cœur physique.

LES BIENFAITS

Dès que la conscience se pose au centre de la poitrine, une évidence s'établit d'emblée quant aux prérogatives ci-dessous :

  • ESPACE DE RÉSOLUTION

    Les divisions, les séparations, la dualité voire les illusions de ce monde s'estompent momentanément. Il en va de même pour les questionnements sur le sens de la vie en général. En aucun cas, vous ne pouvez être dupes ni trompés par quelques pensées ou quelques personnes que ce soit, de même que vous ne pouvez plus mentir ou tricher, pas plus que vous ne pouvez revendiquer quoi que ce soit. Le Cœur devient donc le lieu privilégié, l'espace de résolution des conflits moraux et des dérives de l'âme.

  • SILENCE INTÉRIEUR

    L'activité intellectuelle est aussitôt neutralisée. Un silence intérieur s'impose dès l'entrée dans notre bulle intérieure. Les sentiments d'isolement et de vide intérieur se dissipent laissant place à la sérénité du Cœur. Il est à remarquer que l'égo peut étouffer en cet espace de vacuité intérieur puisqu'il s'est développé dans la négation inconsciente de cette région de la poitrine. Avec la pratique régulière de cette sorte d'introspection, la personne égotique tend à s'estomper.

  • ESPACE TEMPS MODIFIÉ

    Notre relation avec le temps et l'espace s'en trouve profondément modifiée. On oublie momentanément le temps qui s'écoule, si tant est qu'il n'y a plus d'avant ni d'après. D'autre part, la conscience devient espace, vacuité, suggérant une dissolution dans l'immensité du grand tout. Ce retournement de l'âme et de la conscience vers l'Esprit infini n'est nul autre qu'une envolée ultime en ce que nous Sommes de toute éternité. En Vérité, le JE éternel, antérieur à la conscience, est Absolu.

  • ÉVIDENCE ET LIBERTÉ

    C'est donc dans ce silence intérieur que l'on commence à se sentir vrai, entier, et ce, sans reconnaissance et sans approbation extérieure. Il se dégage en plus une atmosphère de liberté, de légèreté, de joie et d'évidence que seule l'expérience est à même de transformer le quotidien. La conscience n'étant plus tournée vers l'extérieur, tout est en place pour la reconnaissance de la vérité que nous Sommes.

  • PRÉSENCE

    Pour ceux et celles qui sont à même de se maintenir un peu plus en profondeur dans le néant apparent de leur conscience, le vide intérieur fait place à un nouvel espace inédit, à une sorte de Présence intérieure au centre de la poitrine. C'est, entre autres la reconnaissance de ce que l'on Est vraiment dont l'assise n'est plus le mental, l'émotion la personnalité ou le Soi, mais bien le Cœur de l'être, le Cœur spirituel où il n'existe aucun espace de questionnement, plus aucun doute.

  • AUTHENTICITÉ

    C'est ainsi que ce retournement de la conscience vers l'intérieur de soi renforce la Présence au niveau du Cœur tout en mettant en lumière notre véritable identité spirituelle, présence qui a toujours été là, immobile, entière, au sein duquel on ne peut que se reconnaitre en toute authenticité. C'est là que nous devons être, pas ailleurs. Dorénavant, nous ne pouvons plus nous tromper, pas plus que nous ne pouvons plus être trompés. Or, tant que nous ne vivons pas cette présence subtile en soi, nous sommes ailleurs, distraits par nos pensées et par toute sorte de projections. Nous ne nous sommes pas encore reconnus, nous sommes dans l'oubli.


LA TÊTE ET LE CŒUR

Il faut voir la tête et le Cœur situés aux antipodes de la psyché humaine. La tête agit comme une forteresse intellectuelle avec ses connaissances, ses croyances et ses rêves. Elle cherche toujours à mener des réflexions, à analyser, à discriminer, à mieux comprendre, à se projeter dans l'avenir, à évoluer, ou dans le cas contraire, à faire des séparations puis à démolir. Ce déploiement d'énergie est utilisé en ce qui touche nos relations avec les autres et avec la matière, mais n'est d'aucune utilité, voire même un obstacle majeur en introspection spirituelle. En aucun moment, vous ne pouvez être dans l'instant présent.

À l'opposé de la tête, le Cœur se suffit à lui-même. Il est silence et immobilité en ce corps en mouvement continu. Le Cœur se vit aussi comme le sanctuaire de La Présence intérieur, senti bien souvent comme le noyau de la psyché. Lorsque la conscience éphémère parvient à se poser en cette mystérieuse Présence intérieure, elle devient le point d'ancrage, le seul vrai repère spirituel tout au long de la vie, il n'y en a pas d'autres. Ultimo, ce point d'ancrage de la psychée met un terme définitif à l'ennui, à la solitude et à la peur de soi qui hante tant de personnes.

Tout compte fait, il n'y a aucun désir dans le Cœur, aucune intention, aucune prière pour la simple raison qu'il n'y a aucun manque et que le silence est d'or. Nous avons juste à nous poser en conscience au centre de la poitrine et à demeurer tranquilles dans l'instant présent, et ce, même si nous ne vivons rien pour le moment.


CONCLUSION

Idéalement, la méditation sur le Cœur doit être soutenue par une intension authentique, un geste de tous les instants, un état se conjuguant avec les occupations de la vie quotidienne.

Le Cœur devient ainsi l'authentique lieu de ressourcement à l'image d'un retour à la Maison. C'est la scène où la conscience passe de surcroit du simulacre au sacré en laissant place à la neutralité de l'âme, à la Présence et à la paix intérieure. Nous n'avons qu'à porter notre conscience en ce centre, ensuite la Lumière vient à notre rencontre, et non le contraire.

La méditation sur le Cœur est, de toute évidence, un don de nous-mêmes à nos profondes racines divines en latence. In fine, la flamme qui émane du Cœur traduit au mieux ce que nous Sommes sur les plans de Lumière. Dès lors, nous réalisons que le Soi immobile n'a d'autre besoin que se retrouver en son Essence. Tout le reste n'est que des constructions qui ne durent que le temps des projections en ce monde éphémère dans lequel nous vivons.

Yvon Gagné


En méditation, il n'est pas question de se jeter dans le vide, mais bien de s'im-
merger dans le Cœur, corps, âme et Esprit. Le vide intérieur appa-
rent n'est que la traversée se métamorphosant en plénitude.

Profite de toutes les occasions qui se présentent pour demeurer
silencieux. La Lumière s'immisce alors dans tes espaces
intérieurs pour magnifier tout ton Être.

Le Cœur est le milieu de ton être
dans un espace d'Éternité.